Jean Giovelina, born in 1955, of corsican origin, familiar with the NY art scene as a french writer , guest of Tibor de Nagy (5th av  famous art dealer) , Maurice Sternberg in Chicago, Leo Castelli , Joan Mitchell in Giverny etc despite frequent visits to the United States, has conducted in France a steady literary career as an author but has never stopped practicing sculpture and illustration. Many of his books covers come from his own studio. In the 90s the birth of  the new "natural media" digital sculpture (Zbrush which he bought with enthusiasm in the early days, then Blender that he uses since the first versions), the emergence of 3D, the use of the graphic palette allow him today to reconnect with his years as a sculptor. Portraitist , he gradually discovers polypainting , matte painting , 3D / 2D illustration , the tricky treatment of light and animation.
And then 3D printing, which is obviously the new continent that he seems to have been prepared along these years to discover with enthusiasm. He sometimes defines his art as a sculptor as Flesh Art .

Jean Giovelina,  pseudo choisi d'après le nom de sa mère, est né en 1955 dans une famille d'origine corse. Enfant de la bourgeoisie provinciale élevé à Paris, il quitte un chemin tout tracé et l'Institut d' Etudes Politiques, pour s'inscrire en sculpture aux Beaux Arts dans l'atelier Viseux qui jouxtait celui de César. Voisin de stèle de Régis Laspalès qui, lui aussi, aura bifurqué vers d'autres projecteurs, il taille la pierre et apprend la technique du moulage, fréquente César, pratique l'élastomère et la résine polyester, avant d'écrire son premier livre à 22 ans.
Succès immédiat, installation à la campagne dans le sud de la France .  Introduit dans le milieu de l'Art new-yorkais comme écrivain français amoureux de la Hongrie et donc des émigrés hongrois, et notamment auprès du marchand d'art Tibor de Nagy, mais aussi du marchand Maurice Sternberg à Chicago, Leo Castelli (autre Hongrois), Joan Mitchell, etc malgré de fréquents séjours aux Etats-Unis, il a mené, en France, une carrière littéraire d'auteur (à succès ou non, selon les années), et n'a jamais cessé de pratiquer la sculpture et l'illustration. Un grand nombre de ses couvertures sont ses propres réalisations. Il travaille pour la presse et pour l'édition. Dans les années 90 l'apparition des nouvelles techniques de sculpture virtuelle, l'émergence de la 3D, l'usage de la palette graphique lui permettent de renouer avec ses années de sculpteur. Spécialiste du portrait, il découvre le polypaint, le matte painting, l'illustration 3D/2D, le traitement de la lumière et l'animation. Désormais le voici dans le bain de l'impression 3D sans être obligé de respirer les vapeurs de résine comme dans l'atelier de César. Son parcours de sculpteur et de peintre reste limité à la sphère privée jusqu'en 2014 où il se décide à réunir ses réalisations pour exposer, raffiner ses techniques en fonction des nouveaux supports, et à emprunter deux directions complémentaires : l'illustration 2D sous le principe des techniques mélangées, papier gouaché scanné réimprimé retravaillé à l'acrylique; et sculpture 3D avec sortie résine par impression mécanique.
Il vit dans l'Aveyron et à Paris.